Coaching : attention aux recettes

Frédéric Marcérou – 03/11/2021

La rédaction de cet article m’a été inspirée par une discussion avec un membre de mon mentorat Coaching Club Sport Performance. Merci donc à Seb D. pour ce brainstorming improvisé.

Ce cher Seb me disait, je cite : « Ce que j’apprécie particulièrement dans ce mentorat c’est que l’on ne nous donne pas une recette toute prête, mais des éléments qui nous amènent à réfléchir et à construire notre méthode ».

Bien vu Seb, je pense que dans l’entraînement les recettes n’ont pas lieu d’être.

Premièrement parce que le contexte prime sur tout le reste.

Si vous passez 6 mois aux côtés du plus grand Chef du monde à apprendre à cuisiner les pâtes carbonara à sa façon mais que vos clients sont intolérants au gluten, la recette ne vous servira pas à grand chose dans ce contexte là.

Dans l’entraînement c’est pareil, si la « recette » nécessite 4 séances de 60 minutes par semaine et que votre client ne dispose que de 2 x 30 minutes hebdomadaires pour s’entraîner, elle ne pourra pas être appliquée. L’adaptation de la recette est toujours une solution, mais dans ce cas-là, on ne peut plus parler d’application de la recette en question.

Deuxièmement parce qu’appliquer une recette nécessite de savoir comment réagir quand la recette ne fonctionne pas.

Ce point est la suite logique du point numéro un. Quand on vous apprend une « recette d’entraînement », on ne vous parle jamais des personnes sur qui elle ne fonctionne pas, et surtout comment adapter la recette dans ces cas là.

Si j’affectionne le système d’entraînement de Charles Poliquin, c’est parce que de recette il n’y a point, c’est sa méthodologie qui est enseignée de façon à ce qu’elle soit applicable pour chaque personne quel que soit son profil. Attention donc aux systèmes et méthodes trop rigides.

Troisièmement parce qu’il vaut mieux se tromper avec ses idées plutôt qu’avec celles des autres.

Encore une fois, c’est la suite logique. Se tromper avec ses idées permet d’entamer une réflexion sur sa pratique qui n’aurait pas lieu d’être avec une recette appliquée religieusement. Quand on se trompe avec les idées des autres il est difficile de se remettre en question, et il est surtout facile de se dédouaner.

Coach smart(er).